Présentation de la commune

Sévérac d’Aveyron (12150) est une ville du département de l’Aveyron.

A la suite de la reforme territoriale qui a fait passer en France métropolitaine les régions de 21 à 12, Sévérac d’Aveyron fait désormais partie de la région Occitanie (regroupement de Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon).
Le chef-lieu de cette nouvelle région est Toulouse.

  • Il s’agit de la première commune en superficie avec 20 872 hectares et de la dixième plus grande commune en termes de population de l’Aveyron, avec 4 230 habitants recensés.
  • Elle a une altitude moyenne de 741 mètres.
  • Les habitants de la commune de Sévérac d’Aveyron se nomment les Sévéragais.
  • La fusion des cinq communes permet à Sévérac d’Aveyron de devenir la onzième plus grande commune de France avec 208,72 km².

La commune de Sévérac d’Aveyron est née de la fusion des communes suivantes :

  • Buzeins
  • Lapanouse de Sévérac
  • Lavernhe de Sévérac
  • Recoules-Prévinquières
  • Sévérac-le-Château
  • Pays : France
  • Région : Occitanie
  • Département : Aveyron
  • Arrondissement : Rodez
  • Canton : Tarn et Causses
  • Communauté de communes : des Causses à l'Aubrac
  • Code postal : 12 150
  • Code INSEE : 12 270
  • Habitants : Sévéragais (es)
    Population : 4 230 hab.
    Densité : 20 hab./km2
  • Latitude : 44°19′19 » Nord
    Longitude : 3°04′17 » Est
  • Altitude : Min. 454 m / Max. 1129 m
  • Superficie : 208,72 km2
Château de Sévérac-le-Château et sa cité médiévale
Château de Sévérac-le-Château et sa cité médiévale

Sévérac-le-Château

Culminant à 817 mètres d’altitude, la butte de Sévérac, proche des sources de l’Aveyron, domine la vallée et constitue un site remarquable, avec en contre-bas sa cité médiévale. Sa situation géographique de carrefour en fait un lieu stratégique.

Il semblerait qu’un château ait existé sur cette butte dès le Xème siècle : un seigneur de Sévérac en 1003 est mentionné. Le château médiéval existait encore au XVIème siècle : remparts, donjon, chapelle et bâtiments annexes. Au XVIIème siècle, d’importants travaux de modernisation sont entrepris par Jean V et Louis VI d’Arpajon. Après la mort de Louis, le château est peu à peu abandonné. En 1799, le nouveau propriétaire, marchand de biens, en vend les pierres et le château devient une ruine, qui est classée Monument Historique en 1932. La commune achète le site en 1966. En 1985, de gros travaux de restauration et de sauvegarde débutent, et se poursuivent encore.

La butte de Sévérac est occupée dès la Préhistoire, et de façon permanente dès l’age du Fer (VIIIème-Ier siècles av.JC). Un village de cabanes, situé au carrefour des axes de communication, y joue le rôle de pôle économique. Il continue de se développer sous l’occupation romaine et devient un centre économique réputé au Moyen-Age. Le bourg reste très actif jusqu’à l’arrivée du chemin de fer au XIXème siècle et la création du quartier de la gare.

Buzeins

Le petit village antique de Buzeins est un endroit riche en multiples découvertes.

Son église, sa fontaine, ses différentes bâtisses à l’architecture typiquement rouergate en font tout le charme traditionnel.

De son « Puech » qui est un ancien volcan, une magnifique vue s’offre sur la Vallée de l’Aveyron, les Monts d’Aubrac, le Lévézou et les Cévennes (accès piétonnier à deux tables d’orientation).

Dolmen de Buzeins
Dolmen de Buzeins
Lac de la Cisba, Lapanouse

LAPANOUSE

Fondée au Moyen-Age par une congrégation de moines panetiers qui cultivaient le blé et faisaient du pain d’où son nom « Panus » puis « Panusia » et enfin « Lapanousia ». Lapanouse se situe à deux kilomètres de Sévérac-le-Château au milieu de la riche plaine de l’Aveyron.
La localité est le berceau de la famille de Lapanouse, connue depuis le XIIème siècle. Le château a disparu. Vers 1250, les Lapanouse vendirent leurs biens à Guy de Sévérac et devinrent seigneurs de Loupiac. Les barons de Sévérac y percevaient un péage (XVème siècle).

Lapanouse était une petite ville avec trois portes et quatre faubourgs. Il y avait une léproserie dans les environs.
Lapanouse est fière d’être le village où naquit en 1713 l’illustre philosophe ‘ l’abbé Guillaume-Thomas Raynal’, dont vous pouvez découvrir la maison (extérieur).

Lavernhe

Lavernhe est un agréable village blotti au pied des monts boisés du Lévézou, au creux de la vallée naissante de l’Olip.

Tout en longeant le Tencil, petit ruisseau enjambé de jolis ponts de pierres et de bois, vous remarquerez, entre autres, l’église du XIème siècle, le curieux portail aux pilastres cannelés de l’ancien manoir et le charme de belles fontaines.

Mairie déléguée de Lavernhe de Sévérac
Ecole-mairie de Lavernhe
École de Recoules
Ecole-mairie de Recoules-Prévinquières

Recoules-Prévinquières

D’une superficie de 2 500 hectares, Recoules-Prévinquières se situe à une altitude de 625 m dans le bourg et culmine à 1017 m sur le plateau du Lévézou. Traversée par les rivières de l’Aveyron et de l’Olip , la commune compte environ 500 habitants, les Recoulains, répartis sur Recoules-Prévinquières, le Cayrol, Saint-Amans-de-Varès, Varès, Bessodes-le sourd, le Méjanel et une partie de Vaysse-Rodier. L’occupation humaine y est attestée depuis la fin du néolithique (-2500 av.J.-C) jusqu’à nos jours.