Histoire et patrimoine
de Lavernhe de Sévérac

Lavernhe est un agréable village blotti aux pieds des monts boisés du Lévézou, au creux de la vallée naissante de l’Olip. Tout en longeant le Tencil, petit ruisseau enjambé de jolis ponts de pierres et de bois, vous remarquerez, entre autres, l’église du XIème siècle, le curieux portail aux pilastres cannelés de l’ancien manoir et le charme de belles fontaines.

Il y avait une église dédiée à Saint Mary reconstruite partiellement en 1442. L’église actuelle est un édifice à abside romane (arrondie avec colonnes engagées, chapiteaux et modillons), remanié en 1650 et en 1933. Cette abside est parente de celles de Lapanouse et de Palmas (canton de Laissac).

Le village fut occupé par les troupes du Dauphin en 1445. Lavernhe était le siège d’une justice royale (paréage royal au XIVème siècle).

Le petit château, appartenant à une branche de la famille de Prévinquières, puis aux Pégayrolles, fut brûlé le 10 août 1944 par les Allemands et reconstruit par M. de Lescure.

Saint-Grégoire, Lavernhe

Saint Grégoire

Non loin de là le magnifique village fleuri de Saint-Grégoire (1er prix régional 1997 et 1er prix départemental 2013-2014), vous séduira avec sa remarquable église XIIème dotée d’un impressionnant « clocher-tour » de près de 20m de haut. Surplombé par le plateau de Courry (Cap, « camp », barré d’origine celte), Saint Grégoire est un magnifique village aux maisons caussenardes. Orienté au Sud, il domine la vallée de l’Olip et fait face au Pic du Pal (1160 mètres), point culminant du Lévézou.

L’église de St-Grégoire

L’édifice est implanté sur une source qui a fait l’objet d’un culte païen dans les premiers siècles. Des fragments d’objets trouvés témoignent d’une fréquentation gallo-romaine en ce lieu. 
L’église du XIème siècle (classée « Monument Historique » en 1929), dont les murs extérieurs de la nef et du chevet à pans coupés atteignent encore une hauteur de 5 mètres, est comblée jusqu’au niveau haut du mur de ceinture et transformée en jardin fleuri.
Cet édifice de 3 nefs à 4 travées, dont les voûtes étaient supportées à l’intérieur par 6 piliers, possédait 3 autels dont l’un était placé sous l’invocation de St Dalmas : évêque de Rodez.

On peut voir encore :

  • l’entrée principale protégée dans le narthex dont certains éléments d’architecture sont de tradition carolingienne (motif de vannerie).
  • le mur d’enceinte de la nef, avec une arcade murée de la construction primitive sur la façade Nord, et quelques marches d’un escalier conduisant de la nef à un clocher situé au-dessus de ses voûtes effondrées.

Au XIème siècle, le village, de taille assez importante, se nomme Ville longue. Il possède un château et des remparts avec douves et fossés.

Fermer le menu